Sauvage, libre et pourtant un instant…


Publicités

26 réflexions sur “Sauvage, libre et pourtant un instant…

  1. Au dessus de notre barre, un couple plane à certaines heures du jour, il faut être chanceux pour le voir, ce fut le cas pour moi ce 1er mai, la beauté !!!!!

  2. Des faucons, des buses, etc j’en ai tant vu petite, abattus par des chasseurs idiots et toujours la raison invoquée m’a semblé pitoyable: « nuisible ». Leur seul crime: se nourrir parfois de lapereaux. A force de les tuer on a mis en péril l’équilibre des campagnes, les mulots pullulent. Bien fait!

    « Princes des nuées » eux aussi, certainement.

    Très belles photos, émouvantes.

  3. Une belle rencontre,un regard croisé, beaucoup de respect, cela donne un échange inoubliable.
    Certains quittent le nid, d’autres le retrouvent aprés 3 mois d’envol…
    ThierryKarine

  4. Une belle rencontre, certainement un regard croisé et beaucoup d’émotions!
    Certains quittent le nid lorsque d’autres le retrouvent aprés 3 mois d’envol….

    • Bonjour les Voyageurs !
      Des années pendant lesquels ils nous ont ignorés.
      Et puis en 2009, un couple s’installe sur le rebord d’une fenêtre (la plus haute tout de même !).
      En 2010, à nouveau, un bonheur… et de plus, j’arrive au bon moment : naissance, envol et premières chasses
      (ils ne s’éloignent guère et on peut les suivre aisément). Bonne route et merci de la visite.

  5. La plus étonnante des trois, c’est celle où il s’est perchée sur une main : il ne l’a pas blessée ? C’est qu’ils ont une sacrée poigne, les rapaces, dans leur serre. Il paraît que l’aigle a suffisamment de force dans les siennes pour écraser un crâne ! Impressionnant quand on y pense… Le faucon étant chasseur de proies vives lui aussi, doit avoir de même une grande force dans les serres, enfin, j’imagine… Il devait être bien gentil, celui-là, pour ne pas les refermer sur cette peau nue !
    Très belles photographies en tout cas. Cet été, j’en ai observé quelques uns de près, et je suis bluffé par la façon dont tu as réussi à saisir son regard ! Sur la première, surtout, il a l’air de te fixer droit dans l’oeil ! Un moment marquant, sans doute…

    • Bonjour Bifane,
      Comme je l’expliquais succintement à Frédérique M, les premiers vols se font à proximité du nid.
      Maladroits à l’atterrissage, ils se laissent choir par terre au début.
      C’est ainsi que j’ai pu le prendre, le poser sur ma main et de l’autre le saisir avec
      mon APN. Les serres, fortes déjà, et les griffes acérées. Mais c’est surtout du bec dont il faut se méfier.
      Ces coups se déclenchent rapidement et l’oeil, comme tu le soulignes, capte tout. En somme, j’ai profité
      de son inexpérience 🙂 Tiens si tu veux en savoir plus long sur eux voici un lien :
      http://www.oiseaux.net/oiseaux/faucon.crecerelle.html

  6. T’as vu les yeux de ces oiseaux là quand ils sont sur leurs pattes ? Ahuris ! complètement ahuris les dieux du ciel ou déjà dubitatifs (?), comme s’ils en revenaient pas de découvrir que c’est par ce biais là qu’on dégringole au niveau des hommes.
    Belles photos néanmoins, comme d’hab.

    • Salut Kod !Ils ont vite fait d’aller voir ailleurs là où on n’y est pas.
      Et c’est très bien ainsi, vont monter parfois assez haut dans le ciel, se chercher une copine (quand y seront
      « prêts »), leur dessiner des arabesques qu’à tout d’un « meeting » aérien avec looping et tout et tout.
      Puis… après avoir séduit, procréé, retourneront à leur vie solitaire (leur copine aussi d’ailleurs).

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :