Broyez du bleu

DSCF4877

DSCF4614

Le bleu ne fait pas de bruit.

C’est une couleur timide, sans arrière-pensée, présage, ni projet, qui ne se jette pas brusquement sur le regard comme le jaune ou le rouge, mais qui l’attire à soi, l’apprivoise peu à peu, le laisse venir sans le presser, de sorte qu’en elle il s’enfonce et se noie sans se rendre compte de rien.

Le bleu est une couleur propice à la disparition.

Une couleur où mourir, une couleur qui délivre, la couleur même  de l’âme après qu’elle s’est déshabillée du corps,  après qu’a giclé tout le sang et que se sont vidées les viscères, les poches de toutes sortes, déménageant une fois pour toutes le mobilier de ses pensées.

Indéfiniment, le bleu s’évade.

Ce n’est pas, à vrai dire, une couleur. Plutôt une tonalité, un climat, une résonance spéciale de l’air. Un empilement de clarté, une teinte qui naît du vide ajouté au vide, aussi changeante et transparente dans la tête de l’homme que dans les cieux.

L’air que nous respirons, l’apparence de vide sur laquelle remuent nos figures, l’espace que nous traversons n’est rien d’autre que ce bleu terrestre, invisible tant il est proche et fait corps avec nous, habillant nos gestes et nos voix. Présent jusque dans la chambre, tous volets tirés et toutes lampes éteintes, insensible vêtement de notre vie.

Jean-Michel Maulpoix

© Mercure de France, 1993

Publicités

28 réflexions sur “Broyez du bleu

  1. On pourrait en fait remplacer le mot « bleu » par « vert ». Exemple :

    Le vert ne fait pas de bruit.
    C’est une couleur timide, sans arrière-pensée, présage, ni projet, qui ne se jette pas brusquement sur le regard comme le jaune ou le rouge, mais qui l’attire à soi, l’apprivoise peu à peu, le laisse venir sans le presser, de sorte qu’en elle il s’enfonce et se noie sans se rendre compte de rien.
    Le vert est une couleur propice à la disparition.
    Une couleur où mourir, une couleur qui délivre, la couleur même de l’âme après qu’elle s’est déshabillée du corps, après qu’a giclé tout le sang et que se sont vidées les viscères, les poches de toutes sortes, déménageant une fois pour toutes le mobilier de ses pensées.
    Indéfiniment, le vert s’évade.

    • Le vert, une réanimation brutale, tel un soufflet sur la joue !
      Une couleur effrontée, sonore qui claironne et vibre de tous ses cuivres.
      Le vert déterre, « exprime » et vivifie les labours d’hiver.
      Le vert nous débarrasse des moisissures de nos pensées.
      Le vert a des nuances sucrées, figue dépourvue d’amertume,
      coque de l’amande en sa jeunesse, tendre, ignorante, un lait.
      Le vert s’évade, et avec lui, nous.

      A ta manière, à la mienne, un échange de couleur 🙂
      Et vérifie bien que tes salades ne se pâment pas de bleu.

      • Très beau texte, une fois de plus.
        De toute façon, vert et bleu sont liés.
        Et nul doute que si mes laitues se pâment de bleu, j’en serais vert de rage ! 🙂

  2. Hier soir, j’ai regardé une vidéo qui était toute entière dans le ton bleu.
    C’était une belle chanson de Leonard Cohen : ‘Famous BLUE raincoat ». Allez, je vous donne le lien car la chanson est extraordinaire et il y a beaucoup d’émotion dans la voix du maître :

    Bonne écoute !

  3. Un très beau texte
    le bleu, couleur de l’infini

    et pourtant le bleu me résiste et je lui résiste
    il m’est très difficile de travailler le bleu
    c’est une couleur qui m’est difficile

    ;_)

  4. Pingback: Bloguer ou ne pas bloguer » Quand Qwant croise la Fille du Nord

    • Faut pas, tu voyages, Venise, il en reste quelque beauté, non ?
      Maintenant, c’est vrai que les voyages intérieurs sont parfois obscurs,
      mais la lumière, Zoé, elle monte, le printemps… les jours s’allongent,
      une corde pour se hisser, non ?

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :